Sacrifice – Français

Le 26 septembre 1914 Heinrich Josef Ohlenforst est tombé pendant l’attaque par l’armée allemande de Souain, un tout petit village quelque part aux alentours de Reims. Celui-ci était un arrière neveu de mon arrière-grand-père et l’histoire de cet ascendant éloigné m’a inspirée pour créer un projet multimédia :

Offer – Opfer – Sacrifice 1914-2014’

Le projet est composé de trois parties:

Mon nom est Hugo Luijten (44 ans, domicilié à Anvers, Belgique), historien et écrivain et peut-être surtout narrateur. Les trois expressions artistiquessont basées sur la même histoire, mais par leur force spécifique donnent une tournure particulière à l’ensemble. Cela résulte en un triptyque qui mérite sa place dans le courant actuel des projets sur la Première Guerre mondiale.

En plus la majeure partie de l’attention portée à la ‘Mère de toutes les Guerres’ concerne les tranchées en Flandre et en France. Cette affaire se limite en gros aux années 1916 et 1917. Le déroulement de la guerre d’août à septembre 1914 diffère cependant énormément des quatre années qui suivraient. De même l’image que j’avais de la guerre était basée sur les tranchées et la boue. Mais pendant mes recherches il est apparu que j’ai été emporté dans une toute autre guerre.

Ensuite pour beaucoup de livres et de films l’accent est mis sur les armées alliées. Dans l’avalanche d’informations sur ’14-’18 il y a peu d’attention portée sur ‘l’approche allemande’.

Même pas en Allemagne cependant, et certainement pas sous la forme de romans ou de bandes dessinées. En choisissant précisément cette perspective j’ai découvert que la souffrance en Allemagne avait pris des formes inimaginables, et qu’il n’était en aucun cas question d’être avide de guerre.

En dernier ‘Sacrifice 1914’ a un caractère Européen au-delà des frontières : un Néerlandais/Flamand a été inspiré par l’histoire d’un Allemand qui en tant que soldat a parcouru la Belgique et la France. La souffrance de ce petit homme est sans arrêt centrale. Quelles sont les pensées d’un simple paysan en uniforme subissant une guerre affreuse ? 

 

 

Geef een reactie

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Verplichte velden zijn gemarkeerd met *

*